Accompagnement après un cancer du sein

Pour une femme ayant reçu un diagnostic de cancer du sein, il y a plusieurs étapes
à franchir pour retrouver un équilibre.

Elles sont difficiles, elle peuvent même être pénibles.

Nous avons décidé de nous pencher sur le sujet et de voir où nous pouvions être utiles.
L’équipement avec lequel nous travaillons peut travailler de front sur plusieurs des effets négatifs entourant les divers processus à traverser avant d’atteindre le confort.

Avec l’approbation du spécialiste, nous pouvons travailler de diverses façons.


Simplement pour le confort :

Pour vous aider à retrouver une meilleure mobilité, une meilleure amplitude de mouvements. Libérer les brides, réduire les adhérences, dissocier les fibroses sont toutes des actions rendues possibles, qui offrent des résultats surprenant et ce, très rapidement.
Parfois un oedème persiste après toutes les interventions et traitements, il est possible d’amener le corps à reprendre un rythme circulatoire sain, grâce à l’endermothérapie.
Si des douleurs ou de la sensibilité au toucher, parfois même à l’effleurage sont présents, sachez qu’il est possible de réduire tous ces effets indésirables et ce, sans douleur.

En prévision d’une reconstruction mammaire par implants :

À l’aide des traitements d’endermologie, nous pouvons stimuler la
production de collagène et d’élastine, qui apportera souplesse et élasticité à
la peau.

Travaillés de front avec les adhérences, il est possible de rendre la mobilité des
tissus à un stade adéquat pour l’implantation d’une prothèse. Ce processus peut
varier dans le temps, mais nous sommes souvent en mesure d’observer un
changement concluant mais non définitif à la fin d’un premier traitement.
La sensation de tiraillement et de raideur des tissus s’estompe graduellement,
faisant place au confort. La récurrence des traitements et la décongestion des
tissus amèneront un longévité à cette sensation jusqu’aux dernières étapes
de la reconstruction.

Le Blogue Rose

Un blogue écrit avec coeur, qui donne des conseils et qui réconforte

Consulter le blogue

Suite à une mastectomie :

  • Suite à une intervention chirurgicale, il est primordial de travailler la souplesse des tissus entourant la cicatrice et la cicatrice elle-même. Nous pouvons commencer à travailler une région dès la fermeture complète des tissus (environ 1 mois après l’opération) Un travail très délicat sera d’abord effectué pour réduire l’inflammation autour de la zone.
    Une fois l’inflammation résorbée nous pouvons commencer à travailler adéquatement le tissus lui-même. Au bout de quelques séances, la peau devient plus souple et plus mobile, redonnant peu à peu toute l’amplitude de mouvement nécessaire à l’articulation de l’épaule et à la cage thoracique.
  • À noter que des adhérences non traitées peuvent entraîner au fil des ans divers troubles de congestions tissulaires, rigidifications des tissus conjonctifs et fascias, réduction de l’amplitude de mouvement de la cage thoracique menant à des difficultés respiratoires, etc. Il est très important de voir à dégager suffisamment les diverses couches de tissus conjonctifs pour éviter des problèmes dans le futur.
  • Lors de la mastectomie, il arrive fréquemment que plusieurs ganglions soient retirées. Cette action peut provoquer dans certains cas un lymphœdème au niveau du bras, de l’aisselle, de la région dorsale et peut quelque fois s’étendre jusqu’aux doigts. Très peu de traitements efficaces existent pour contrer les effets nuisibles du lymphœdème. Le drainage lymphatique manuel (DLM) a démontré une réduction significative de la présence de lymphœdème après quelques semaines de traitements. Aujourd’hui, avec des appareils de haute technologie, il est possible de réduire de moitié la quantité de traitements nécessaires et le laps de temps entre ceux-ci. Ainsi, un lymphœdème peut diminuer considérablement de volume en l’espace de quelques jours/semaines. (* les traitements peuvent différer d’un corps à l’autre).
    * traitements possible dès l’automne 2017. Thérapeutes en cours de certification.

 


Voici quelques exemples du travail que nous effectuons en clinique.

N’hésitez pas à nous contacter pour une rencontre d’information pour bien cibler vos besoins. Si nous ne pouvons pas vous accompagner pour certains besoins spécifique, il nous fera plaisir de vous référer aux professionnels de la santé adéquats.

En prévision d’une reconstruction mammaire par DIEP ou TRAM :

  • Ces techniques de reconstruction offrent des résultats très naturels et souvent magnifiques! Ils viennent cependant avec leur lots de cicatrices. Un DIEP laissera un cicatrice horizontale au niveau de l’abdomen et engendrera souvent une sensation de « manque de peau ». Il est donc pertinent d’assouplir les tissus et rendre une possibilités d’échanges des liquides de part et d’autres de la cicatrices afin d’éviter différentes problématique (pubis gonflé, troubles digestifs légers, sensation de manquer de peau au ventre, nombril rigide, manque de souplesse). Les femmes suivies en endermothérapie ayant eu recours à cette technique bénéficient d’un confort rapide au niveau de l’articulation de l’épaule, du thorax et au bout de quelques séances sentent une moins grande pression exercée sur leur abdomen. La cicatrice au niveau du sein peut également être traitée, de façon délicate pour ne pas limiter le travail interne que le corps entreprends suite à ce type d’opération.
    Suite à un TRAM, les douleurs associées sont souvent au niveau de la cage thoracique, du dos et du bras. Travailler toutes ces zones en assouplissant les tissus favorisera une saine guérison et évitera une limitation de l’amplitude de la cage thoracique. Les douleurs associées (douleurs lombaires, maux de têtes) se verront aussi diminuer dans la plupart des cas.

En prévision d’une reconstruction mammaire par lypogreffe :

  • Le processus de lypogreffe consiste en une reconstruction mammaire à partir de la graisse prélevée sur le corps de la personne. En prévision de la liposuccion, il est fortement recommandé d’effectuer un travail préparatoire des tissus. Quelques séances de travail d’assouplissement des tissus favoriseront une opération moins agressive et faciliteront la rémission. Puisque ce processus requiert plusieurs interventions chirurgicales, une préparation de tout le corps est souvent nécessaire pour favoriser au maximum la circulation des liquides (sang et lymphe).
    Une fois les plaies fermées, nous pouvons travailler d’une façon similaire, afin de bien drainer les déchets métaboliques produits lors de la cicatrisation. Une bonne circulation apportera les nutriments nécessaires à la santé des tissus et favorisera ainsi une saine guérison.